Je ne fais pas de l’art pour l’art, je parle des gens et de leur vie. Nous vivons dans une société qui souffre. De la crise économique. Du réchauffement climatique. Du manque de connexion entre les êtres. Et même de simple savoir-faire en matière de rapports humains. Pourquoi la terre entière danse-t-elle depuis la nuit des temps ? Pour être synchro avec l’autre, dans le même élan. Notre monde occidental est organisé d’une façon tellement égocentrique qu’aucun mouvement n’y semble plus possible. Danser, créer de l’art, c’est sortir des limites de notre monde figé et obsédé par le rationnel. Il ne fait confiance qu’au cerveau, aux yeux. Il ignore les sensations, sauf si elles sont quantifiables, identifiables, cotées.

Olafur Eliasson

Olafur Eliasson d’origine danoise est né le 5 février 1967 à Copenhague. Il passe son enfance en Islande, et en 1989 intègre l’Académie royale des beaux-arts du Danemark où il obtient son diplôme en 1995. Cette même année, il s’installe dans un atelier de la Rungestraße à Berlin, où il vit et travaille en même temps.
L’une de ses spécificités est l’intérêt qu’il porte à la lumière et joue avec ses effets, ses couleurs, en utilisant des formes géométriques et des déformations pour donner une dimension narrative. Il crée une interaction physique entre les spectateurs et l’installation. Il est connu pour proposer des installations mettant en lumière des phénomènes naturels.
Eliasson s’intéresse à l’empreinte du temps , le vent, la pluie, le soleil sur la ville et à son interaction.

The Weather Project

L’exposition « The Weather Project » est présentée dans le cadre des « Unilever Séries » en 2003. The Weather Project est une installation géante qui représente un grand soleil situé à l’Est du hall de la Tate Modern, musée d’art moderne à Londres. Il a suspendu un demi-disque d’une quinzaine de mètres de diamètre, illuminé par une grande quantité de lampes qui irradient une lumière suffisante pour que les visages des spectateurs soient éclairés ainsi que tout l’espace. Le plafond de ce lieu a été entièrement recouvert de miroirs et une brume créée par une fumée légère, froide est diffusée dans l’espace donnant une certaine irréalité à l’ensemble. Dans ce site dédié à l’art, Eliasson a fait la reconstruction d’un élément de la nature ici un coucher ou lever de soleil, évoquant chez les spectateurs des émotions diverses. La réaction du public face à cette installation est surprenante, certains contemplent ces phénomènes comme dans la nature, d’autres encore se couchent par terre et jouent avec les formes, et d’autres admirent leurs reflets la tête en bas et accèdent à un autre espace-temps.

Abstract
L’ART DU DESIGN

Ces quelques lignes d’Eliasson, résument toute sa philosophie spirituelle et artistique :
« Notre société occidentale ne sait pas vers quoi tendre et s’angoisse de tout cet inconnu qui la cerne. Plus personne n’arrive à faire le lien entre une cause et un effet. Il manque une certaine spiritualité et une confiance en soi, deux qualités qui rayonnent à l’évidence dans cette histoire du corps dans l’art. Même en 1935, en pleine montée du nazisme, juste avant la Seconde Guerre mondiale… L’art sous toutes ses formes est une ode à la vie ! Personnellement, j’essaie de ralentir, de respirer, de calmer le jeu pour éviter cette surchauffe. Se mettre au diapason de son corps, c’est donner un sens aux choses. Je me mettrai peut-être au yoga ! »

Découvrez le documentaire sur la plateforme NETFLIX

 

Crédit photo : © Fondation Louis Vuitton / Luc Castel